Applications
Panier

Porsche 911 : les ailerons mythiques

Que serait la 911 sans son aileron ? Il a participé au mythe de la 911 avec des formes aussi variées que novatrices. De la « queue de canard » de la Carrera RS de 1973 au « col de cygne » de la dernière 992 GT3, retour sur près de 50 ans d’évolution aérodynamique.

La « queue de canard » de la 911 Carrera RS de 1973

« La fonction crée le design » chez Porsche. Autrement dit, à Stuttgart, rien n’est gratuit. Pourtant, cet aileron voulu pour limiter la portance sur le train arrière généré par la vitesse a largement contribué au mythe de la 2.7 RS. Il permettait également de forcer l’air à entrer dans le moteur pour favoriser le refroidissement. Idée de génie à une époque où l’aérodynamisme était une science approximative testée « in vivo » par des pilotes téméraires. Ce genre d’anecdote plait aux amateurs de la marque et Porsche le sait bien : en 2009 il fait son retour sur l’exclusive 997 Sport Classic et certains prototypes de 992 tournent actuellement sur le Ring pourvues du mythique appendice. Version Touring de la 992 GT3 ou série limitée ? Nous aurons bientôt la réponse !

Porsche 911 carrera 2 7

La « queue de baleine » de la 930 Turbo

En réalité, cet aileron apparait sur la Carrera RS 3.0 qui dispute la saison 1974. A cette époque, la 911 Turbo (ou 930 pour les intimes) n’est encore qu’un prototype sans moteur exposé dans les salons. La version définitive est présentée au Salon de Paris de la même année. Pensée au départ à des fins d’homologation pour la course, la 911 Turbo, malgré la crise pétrolière, fera carrière en étant présentée comme « une luxueuse Grand Tourisme utilisable tous les jours ». Ses ailes larges et son aileron caractéristique, rapidement modifié pour loger un échangeur, contribueront largement au mythe. Tout comme son légendaire « coup de pied aux fesses » qu’elle est capable de vous asséner quand sa turbine entre en action !

Porsche 911 carrera rs 3 0

L’aileron rétractable des 911 Carrera

Comment concilier la pureté d’un dessin « fast back » aux contraintes aérodynamiques et de refroidissement d’un moteur situé à l’arrière ? La réponse s’appelle 964. Apparu fin 1988 sur la 911 Carrera 4, l’aileron mobile ne se déploie qu’à partir de 80 km/h et assure appui et ventilation du compartiment moteur. A l’arrêt, il se rétracte comme par magie ! Une idée tellement géniale (et qui fait toujours son petit effet !) que cet appendice érectile accompagne toutes les générations de 911 depuis : 993, 996, 997, 991 et 992. Plus de 30 ans d’évolution, pour le plus grand bonheur des spectateurs qui tentent de suivre une 911

Porsche 964 speedster aileron

L’aileron « col de cygne » de la nouvelle 992 GT3

Impossible de citer en quelques lignes toutes les formes d’ailerons qui ont accompagné l’évolution de la GT3 depuis maintenant plus de 20 ans. On retiendra l’aileron en « pince de crabe » de la première 996 GT3, véritable œuvre d’art offerte à Eole en 1999 et surtout le tout nouvel appendice aérodynamique dont se dote la nouvelle 992 GT3. En 2021, la fonction crée toujours le design et la forme des mats qui portent l’aileron de la dernière sportive de Stuttgart, en « col de cygne » dixit Porsche, provient d’un constat simple : la déportance générée par l’air sur la partie inférieure de la lame est supérieure à l’appui qui s’applique à la partie supérieure. Cette solution limite également les remous d’air en partie basse. Une solution qui a fait ses preuves en compétition sur la 991 RSR depuis 2017.

Porsche 992 aileron

Texte rédigé par Fabien Caron

911 porsche porsche 911 992 GT3 GT3 911 carrera rs 911 Turbo 930 997 997 sport 992 carrera rs

Ajouter un commentaire