Applications
Panier

Porsche 911 : reconnaître les différentes générations (1er épisode)

8 générations et autant d’évolutions de carrosserie, la Porsche 911 illumine depuis 1963 les yeux des amateurs de voitures de sport. Mais bien peu de passionnés savent identifier les différentes générations. Voici comment les différencier.

La 911 « classique » ou type 901 (1963-1973)

901 car elle a débuté sa carrière sous ce nom en 1963. Peugeot, dépositaire des nombres à zéro central en a décidé autrement et voilà notre icône très vite rebaptisée 911. C’est elle qui jette les bases : Carrosserie fast back 2+2 et moteur 6 cylindres à plat (flat en anglais) en porte-à-faux arrière. Reconnaissable à son long capot avant qui descend jusqu’à son pare-chocs « à l’ancienne », ses petites grilles qui jouxtent les clignotants sous les phares et ses nombreux chromes. Elle débute sa carrière avec un 2 L de 130 ch et atteindra 210 ch en 1973 avec la Carrera RS. Le toit Targa avec son arceau rigide apparait en 1966.

Porsche 911 classic

La 911 type G (1973-1989)

Sortie au millésime 1974, la type G se distingue par ses inédits pare-chocs noirs à soufflets latéraux et son bandeau arrière rouge reliant les feux. La première 911 Turbo (dite 930) se dote d’un aileron arrière « en queue de baleine » et le cabriolet fait son apparition en 1983 aux côtés des versions Coupé et Targa. Les chromes disparaissent peu à peu et les ailes arrière s’élargissent progressivement en même temps que la cylindrée augmente. A son remplacement en 1989 la 911 Carrera 3.2 développe 231 ch et la Porsche 911 Turbo 3.3 300 ch. La version cabriolet se voit déclinée en une élégante Speedster au pare-brise abaissé et couvre capote rigide profilé.

Porsche 911 speedster profil

La Porsche 964 (1988-1994)

Présentée en 1988 sous l’appellation 911 Carrera 4, la 964 abrite 85 % de nouveaux composants par rapport à son prédécesseur. Ce qui reste visible change peu, seuls les pare-chocs enveloppants en matière plastique et les jantes sans déport au diamètre majoré modernisent la ligne. Un petit aileron arrière rétractable fait son apparition. C’est la première 911 de série à être dotée de 4 roues motrices, mais elle sera déclinée en 911 Carrera 2 un an plus tard. Disponible en Coupé, Targa, Cabriolet puis Speedster dans sa version atmosphérique de 3.6 L et 250 ch, la version 964 Turbo de 3.3 L puis 3.6 L (320 puis 360 ch) devra se contenter d’une carrosserie fermée mais se reconnait toujours à son gros aileron arrière fixe et ses ailes élargies, surtout à l’arrière. La 964 voit renaître l’appellation Carrera RS disparue avec la Type G.

Porsche 964 targa

La 993 (1993-1997)

Dernière Porsche 911 refroidie par air, c’est aussi la première 911 dont la carrosserie évolue assez nettement. Les ailes avant s’aplatissent, les phares sont plus inclinés et la poupe se rehausse. Le flat 6 atmo de 3.6 L développe 272 puis 285 ch alors que la Porsche 993 Turbo voit le dessin de son aileron modifié, se dote de 4 roues motrices et 408 ch grâce à deux turbos. Le concept Targa est réinventé : deux arches métalliques courent le long de la carrosserie et permettent l’adoption d’un toit vitré coulissant. Une version cabriolet avec capote et couvre capote en toile existe toujours au catalogue mais la version Speedster ne sera produite qu’à deux exemplaires par le département Exclusive. La mythique 993 GT (appelée souvent GT2) de 430 ch puis 450 ch se reconnaît à ses extensions d’ailes rivetées et son aileron arrière inspirés de la compétition, philosophie adoptée également par la 993 Carrera RS

Rédigé par Fabien Caron

Porsche 993 carrera 4s

 

porsche 911 porsche 911 964 turbo 911 Turbo Speedster carrera rs 911 carrera 3.2 Targa

Ajouter un commentaire