Applications
Panier

Une Porsche Panamera comme Porsche plaisir ?

L’idée peut prêter à sourire pourtant c’est une question que nous posent de plus en plus de lecteurs. Les raisons sont multiples : fiscalité écrasante sur les voitures de sport, contraintes familiales ou tout simplement raisons pratiques. Notre réponse à cette épineuse question.

Porsche Panamera, première berline du constructeur

Après une tentative avortée en 1988 avec le projet 989 qui restera à l’état de prototype pour des raisons budgétaires, Porsche sort sa première berline en 2009 : La Panamera. Présentée à Shangaï et visant clairement une clientèle asiatique habituée aux chauffeurs, elle ne reçoit qu’un tiède accueil de la part des aficionados de la marque, déjà refroidis par l’arrivée du Cayenne en 2002. Volumineuse et lourde, elle peine à cacher ses mensurations malgré une ligne inspirée de l’iconique 911. Et pourtant, elle n’a cessé depuis de s’améliorer : plus de puissance, plus d’efficience, plus de sportivité, plus de beauté grâce à une ligne renouvelée. La Panamera GII phase 2, récemment essayée dans Flat6 Magazine (n° 359 de Février 2021) n’a pas à rougir de son prestigieux blason. Au point d’en faire une Porsche plaisir ?

Porsche panamera turbo s cerise face

Porsche Panamera : efficience, sportivité ou les deux.

Aujourd’hui, la gamme est pléthorique avec pas moins de 21 versions au catalogue et 3 variantes de carrosserie ! Berline fastback, break de chasse ou version allongée Executive, thermique ou hybride. Sportive avec la GTS de 480 ch, voire très sportive avec l’exclusive Turbo S de 630 ch, efficiente avec les versions 4 et 4S E-Hybrid (462 et 560 ch) ou carrément les deux avec la Turbo S E-Hybrid de 700 ch qui vient coiffer la gamme, chacun peut trouver chaussure à son pied. Et détrompez-vous si vous pensez que la Panamera est une voiture de « vieux beau » ou de « jeune cadre/père dynamique » en quête d’image. C’est une authentique Porsche avec tout ce que ça implique en matière de dynamisme, performances, polyvalence mais aussi de « toucher de route », ce sacro-saint critère qu’aucun appareil de mesure ne peut quantifier à part l’humain. Vous pensez que je manque d’objectivité ? Prenez le volant d’une Panamera GTS : Le son de son V8 vous donne la chair de poule et il grimpe à l’assaut du compte-tours avec le tempérament d’un moteur atmosphérique. Son châssis associant la suspension pilotée PASM, les barres anti-roulis actives (PDCC) et les roues arrière directrices (tous deux optionnels) la rendent particulièrement agile et amusante à conduire. Et que dire de sa ligne ? Statutaire, sportive et élégante à la fois. Rajoutez une poignée de chevaux (150 pour être précis) et vous obtenez la meilleure berline sportive du moment, la Panamera Turbo S. Un must… dont les performances sont égalées par sa version E-Hybride de 700 ch avec à la clé un super-malus qui disparait, au détriment il est vrai d’une partie de son agilité due à une masse plus conséquente. 

Porsche panamera 4s e hybrid arriere

La Porsche Panamera est donc bien une vraie voiture plaisir, une vraie Porsche également, capable de performances époustouflantes et dotée d’un châssis que bien peu de possesseurs de Porsche sauront mener à ses limites. Est-ce pour autant une « Porsche plaisir » ? Clairement non si vous ne jurez que par les envolées d’un flat 6 atmosphérique placé dans votre dos. Pour tous les autres, vous prendrez énormément de plaisir au volant de cette Porsche. Et si à la clé on peut faire disparaitre un super malus de 30 000€ aussi odieux qu’injuste, il n’y a pas à hésiter longtemps ! 

 

Texte rédigé par Fabien Caron

porsche 911 panamera turbo hybrid 919 hybrid 911 Turbo turbo s

Ajouter un commentaire